l'humanité est touchée par ce fléau que l'on nomme cancer. Ce mot qui fait peur, mot qui tant que l'on est pas touché, nous essayons de laisser loin de nos pensées. Pourquoi ce nom, Antidote, parce qu'aujourd'hui, je fais partie, de ces hommes et de ces femmes qui réalisent tout ce que cela implique, ce bouleversement majeur de sa vie. Sa vie ... elle ne tient qu'à un fil, l'espoir que la science à les outils qui vont te sauver. Alors Antidote pour essayer pour partager, échanger, se renseigner, exorciser sa peur , espérer... l'écriture pour aider.

21 août 2018

Un été peu ordinaire



C’est un bel été, sûrement le plus beau de ces dernières années. Certes, trop chaud, mais donnant aux gens du baume au cœur.

4 août 2018

Encore un peu... PLUS !



Ils sont là, comme chaque matin, en demi-cercle autour de moi, mes fidèles compagnons. Face à moi, Finweï, le chien, le plus costaud. Celui qui protège mon flanc gauche, c’est Obiwan, le deuxième chien, avec son kilo et demi. Et à ma droite le chat. Tous semblent former une barrière protectrice, pendant que je sirote mon complément alimentaire, tout en observant la nature qui se réveille.

23 juil. 2018

Encore un peu...



Ce devait être un moment de bonheur, un moyen de se ressourcer, la valise était prête, direction la Bretagne...

27 juin 2018

l’histoire ne s’arrête pas là !



Voilà que j’évite à nouveau les miroirs. Le reflet de ce corps me semble étranger. La fonte musculaire est particulièrement visible. L’abdomen est constamment tendu, la tumeur hépatique donne l’impression qu’elle veut sortir de mon corps. Le visage se creuse de plus en plus... bref, ce n’est plus moi.

23 juin 2018

Bénédicte




Bénédicte, c’est mon nouvel ange gardien, du moins pour quelque temps. Je viens retrouver la clinique, avec l’espoir d’obtenir de nouveaux éléments positifs. Mais pour la première fois, mon armure de guerrier est restée au placard, je n’arrive plus à me protéger des évènements, mon esprit est à la dérive.

19 juin 2018

Hospitalisation, jour 2




La nuit fut mauvaise, cela était prévisible. Impossible de dormir ailleurs que sur la canapé, la sensation de manque d’air étant permanente.

18 juin 2018